Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : David cameron table sur les retombées économiques des jo

Marché : David cameron table sur les retombées économiques des jo

David cameron table sur les retombées économiques des joDavid cameron table sur les retombées économiques des jo

par Mohammed Abbas et Tim Castle

LONDRES (Reuters) - Le Premier ministre britannique David Cameron veut profiter des Jeux olympiques de Londres, qui s'ouvrent vendredi soir, pour aider la Grande-Bretagne à sortir de la récession.

"Bien sûr, je veux des médailles pour la Grande-Bretagne. Et il n'y aura pas de supporter plus passionné que moi de la 'Team GB'... Mais j'ai aussi mon travail à faire cet été - et il s'agit surtout d'être derrière les entreprises britanniques pour les aider", devait-il déclarer jeudi lors d'une conférence internationale à Londres, devant un parterre de responsables économiques et financiers.

"Ce que nous pouvons tirer de ces Jeux, c'est bien plus que de grands moments sportifs - c'est par exemple de conclure de grosses affaires", devait-il ajouter, selon des extraits de son discours remis à l'avance à la presse.

Parmi les personnalités attendues à cette conférence figurent Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mervyn King et des chefs d'entreprise comme le patron de Google, Eric Schmidt, celui de Vodafone, Vittorio Colao, ou celui de GlaxoSmithKline, Andrew Witty. Au total, 17 jours de rencontres économiques sont prévues en marge des Jeux.

Londres espère conclure pour un milliard de livres (près de 1,3 milliard d'euros) d'accords économiques à l'occasion des JO, les premiers à se tenir en Grande-Bretagne depuis 1948.

La pression s'est accrue sur le gouvernement Cameron: l'économie britannique s'est contractée bien plus que prévu au deuxième trimestre, une météo particulièrement humide et les jours fériés supplémentaires liés au jubilé de la reine ayant pesé sur une activité déjà plombée par la crise de la dette de la zone euro et l'austérité budgétaire.

INVESTISSEMENTS ET EMPLOIS

Le ministre des Finances George Osborne a cependant souligné que les éléments exceptionnels comme la météo ou le jubilé "n'excusaient pas" cette baisse de la production, ajoutant que ces statistiques décevantes ne faisaient que rappeler que le pays avait "des problèmes économiques profondément enracinés".

Selon les chiffres de l'Office national des statistiques (ONS), le Produit intérieur brut de la Grande-Bretagne a reculé de 0,7% d'un trimestre à l'autre après un repli de 0,3% sur les trois premiers mois de l'année. Les économistes prévoyaient en moyenne un recul de 0,2%.

Ces chiffres confirment que le pays est entré à la fin de 2011 dans sa deuxième récession en quatre ans. Il a désormais enchaîné trois trimestres consécutifs de contraction.

Jeudi, Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, a invité le chef du gouvernement britannique à "persévérer" dans son plan de rigueur destiné à rétablir les finances publiques. "Vous êtes en train de semer les graines qui permettront la relance", a-t-il dit sur BBC Radio 4.

Le gouvernement tient également à répondre à ses détracteurs qui dénoncent le coût de l'organisation des Jeux en cette période de crise.

"Nous ne recevons pas seulement chez nous les meilleurs athlètes mondiaux, nous recevons aussi les représentants des plus grandes compagnies - une promesse d'investissements et de créations d'emplois", a souligné le ministre des Finances.

Un avis partagé par le maire de Londres, Boris Johnson, qui a promis de ne pas ménager ses efforts dans les jours qui viennent pour rencontrer les investisseurs et les convaincre de "faire des affaires" en Grande-Bretagne.

Avec Estelle Shirbon, Guy Kerivel pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...