Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Croissance sans relief aux etats-unis, mais l'industrie résiste

Marché : Croissance sans relief aux etats-unis, mais l'industrie résiste

Croissance sans relief aux etats-unis, mais l'industrie résisteCroissance sans relief aux etats-unis, mais l'industrie résiste

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - Les craintes pesant sur l'économie américaine se sont quelque peu apaisées vendredi après l'annonce d'une légère hausse du produit intérieur brut et des commandes de biens durables qui laissent entendre que l'industrie se porte mieux qu'on ne le craignait.

La croissance économique aux Etats-Unis a été révisée en légère hausse au premier trimestre, pour prendre en compte une accélération du restockage et un ralentissement des importations, mais elle reste sans relief, montre l'estimation définitive.

Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 1,9% en rythme annuel, a annoncé le département américain du Commerce, contre 1,8% en deuxième estimation. Ce chiffre final est conforme aux attentes des économistes.

Au quatrième trimestre 2010, la croissance du PIB était de 3,1%.

BÉMOL SUR LES PERSPECTIVES DE CROISSANCE

Outre une accumulation des stocks plus importante que prévu et un ralentissement des importations, la croissance du premier trimestre s'est appuyée sur un fléchissement moins marqué de la construction résidentielle.

Les stocks des entreprises ont progressé de 55,7 milliards de dollars, contre 52,2 milliards précédemment annoncés. Cette variation a permis d'ajouter 1,31 point de pourcentage à la croissance du PIB.

L'investissement des entreprises a lui progressé de 2,0%, révisé de 3,4%, en raison de dépenses moins importantes que prévu de biens d'équipements et de logiciels.

La consommation des ménages, qui représente les deux tiers de l'activité aux Etats-Unis, a elle été confirmée par rapport à la précédente estimation, en hausse de 2,2% sur le trimestre.

Quant aux importations, elles ont grimpé de 5,1% contre 7,5% selon la précédente estimation.

L'indice des prix à la consommation de base ("core"), très surveillé par la Réserve fédérale, a augmenté de 1,6%, soit son plus fort rythme depuis le quatrième trimestre 2009 (révisé de 1,4%).

Selon une enquête Reuters publiée la semaine dernière, les économistes interrogés jugent que l'horizon de l'économie américaine s'obscurcit et s'attendent désormais à ce que la croissance du PIB au deuxième trimestre n'atteigne que de 2,5% en rythme annualisé, contre 3,3% dans l'étude menée le mois dernier.

L'AVIATION SOUTIENT LES BIENS DURABLES

Autre signe de la solidité sous-jacente du secteur industriel, les commandes de biens durables ont augmenté un peu plus que prévu en mai, selon les statistiques officielles publiées vendredi.

Le département américain du Commerce a rapporté une hausse de 1,9% des commandes en mai, après un recul de 2,7% (révisé de -3,6%) en avril.

Les analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une hausse de 1,5%.

La statistique a notamment reçu le soutien des commandes d'avion, très fluctuantes, qui ont bondi de 36,5%. Boeing a reçu 27 commandes sur la période, contre seulement deux en avril, selon les informations publiées sur le site internet de l'avionneur.

"Le fort rebond des commandes de biens durables en mai est un signe encourageant, en particulier à la lumière de la perte de vitesse du secteur manufacturier observée dans les dernières études", a commenté Peter Newland de Barclays Capital.

Ces statistiques n'ont pas eu d'effet positif sur la Bourse de New York, où les principaux indices ont ouvert en légère baisse, les craintes entourant le secteur bancaire européen ayant éclipsé les deux statistiques.

Wilfrid Exbrayat, Jean Décotte et Gregory Schwartz pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...