Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Credit suisse supprime 1.500 autres postes, le trimestre déçoit

Marché : Credit suisse supprime 1.500 autres postes, le trimestre déçoit

Credit suisse supprime 1.500 autres postes, le trimestre déçoitCredit suisse supprime 1.500 autres postes, le trimestre déçoit

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse a annoncé mardi une concentration accrue de ses activités et de nouvelles suppressions de postes en réponse à la mauvaise performance de sa branche investissement au troisième trimestre.

La banque d'investissement va accélérer son repositionnement et réduire de moitié d'ici à 2014 les actifs pondérés en fonction des risques, a annoncé le numéro deux de l'industrie bancaire en Suisse.

"Toutes ces mesures ont pour but d'augmenter de 800 millions de francs d'ici à 2014 - hors croissance induite par le marché - la contribution de Private Banking au bénéfice avant impôts du groupe", explique le directeur général Brady Dougan.

D'ici là, Credit Suisse engagera des mesures de réductions de coûts de deux milliards de francs en 2012 et 2013.

Celles-ci se traduiront par une réduction d'environ 3% des effectifs, soit près de 1.500 postes.

Ces mesures interviennent alors que cette division a essuyé au troisième trimestre une perte avant impôts de 190 millions de francs, une première depuis 2008, et accusé une baisse de ses produits nets de 27% sur un an et de 12% sur un trimestre. "C'est très faible", s'alarme Rainer Skierka, analyste à la banque Sarasin.

Il y aura moins de suppressions d'emplois dans la banque privée qu'ailleurs, a précisé le directeur des finances Davide Mathers lors d'une conférence téléphonique.

Ces suppressions de postes s'ajouteront aux 2.000 déjà annoncées fin juillet. Les avantages de cette initiative ne devraient se manifester qu'en 2012, ajoute Credit Suisse.

UBS avait précisé fin août qu'elle allait supprimer près de 3.500 emplois afin d'économiser environ deux milliards de francs d'ici la fin 2013.

Une réallocation des ressources est également prévue, à destination des grands marchés et des marchés à croissance plus rapide, notamment au Brésil, en Asie du Sud-Est, en Chine et en Russie, avec un chiffre d'affaires qui devrait passer à 25% en 2014, contre 15% en 2010.

UN 3e TRIMESTRE INFÉRIEUR AUX ATTENTES

Le bénéfice net a reculé à 683 millions de francs, contre 768 millions lors du deuxième trimestre alors que les analystes tablaient sur 1,1 milliard de francs.

La branche banque privée a enregistré un bénéfice avant impôts de 183 millions de francs, tandis que la banque d'affaire a essuyé une perte de 190 millions de francs.

La gestion d'actifs a bouclé la période sur un bénéfice avant impôts de 92 millions.

L'afflux net de capitaux au niveau du groupe s'est élevé à 7,1 milliards et à 7,4 milliards de francs dans la banque privée. Dans la gestion d'actifs, Credit Suisse a enregistré des rentrées de 200 millions.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur des afflux nets de 9,23 milliards dans la banque privée et de 2,64 milliards dans la gestion d'actifs.

La banque se montre prudente pour l'avenir. "Nous pensons que la croissance ralentie, les taux bas et la réglementation croissante que nous connaissons actuellement pourraient persister sur une longue période", a prévenu Brady Dougan.

Les analystes se montrent sévères, à l'image de Teresa Nielsen à la banque Vontobel qui juge ces résultats pires que prévu. "C'est encore plus mauvais qu'UBS et Deutsche Bank", lui fait écho Dirk Becker chez Kepler Capital Markets.

Vers 09h30 GMT, l'action de Credit Suisse, qui a perdu plus de 32% cette année, plongeait de plus de 7,5% à pendant que l'indice européen des banques chute de plus de 4,5%.

Pascal Schmuck, édition Robin Bleeker et Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...