Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Craintes sur la grèce et l'espagne, l'euro recule

Marché : Craintes sur la grèce et l'espagne, l'euro recule

tradingsat

(CercleFinance.com) - Comme hier, la monnaie unique européenne testait toujours le seuil symbolique des 1,29 dollar mardi midi. L'euro se tasse donc encore de 0,33% à 1,2861 dollar ce midi, non sans avoir touché un point bas à 1,2887 en matinée. Sur une semaine, elle a maintenant rétrocédé plus de 1% contre le billet vert.

La tendance n'est pas meilleure face au yen (- 0,26% à 100,4 yens), à la livre sterling (- 0,17% à 0,7958) ou au franc suisse (- 0,05% à 1,2093).

Chez Saxo Banque, on souligne ce matin les “dernières nouvelles provenant de la zone euro, qui ne sont pas rassurantes”, comme l'indice Ifo décevant du climat des affaires d'Allemagne publié hier.

“Toutes ces caractéristiques ne poussent pas les opérateurs de marchés à investir. Ils attendent désormais de voir les banques centrales passer à l'action”, soit essentiellement la BCE, dont l'intervention sur le marché obligataire est conditionné à la demande d'aide budgétaire des Etats, à commencer vraisemblablement par l'Espagne.

Or justement, aucune avancée n'a été enregistrée de ce côté, ce qui permettrait à la BCE de passer à l'action comme la Fed et la Banque du Japon le font déjà. 'L'incertitude sur les besoins de renflouement de l'Espagne demeure un sujet de préoccupation majeure, et il semble que son gouvernement va essayer de faire traîner l'affaire jusqu'à la tenue d'élections locales, une stratégie qui ne sera sans doutes pas du goût du ministre des Finances allemand', commente un intervenant basé à Londres.

'La présentation en fin de semaine des budgets 2013 espagnol et français sera décisive vendredi pour anticiper la trajectoire économique de ces pays', souligne Barclays Bourse. Or “la situation reste préoccupante à trois jours des annonces sur la loi de finances sur 2013. Les restrictions budgétaires marquées et fortes iront se loger dans une activité plus réduite', indique Philippe Waechter, chez Natixis.

Comme on le rappelle enfin chez le courtier européen RTFX, “le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz a déclaré que les membres de la zone euro devaient se partager les dettes et accélérer la création d'une supervision bancaire afin d'empêcher que 'tout le système ne s'écroule'”.

Bref, “le billet vert (...) reprend du terrain face à l'euro, car en ce contexte d'incertitudes et d'inquiétudes croissantes en zone euro, les investisseurs, averses au risque, se tournent du côté d'actifs considérés moins risqués que l'on appelle valeurs refuge comme le dollar américain. Les investisseurs sont donc vendeurs euro et acheteurs dollar”, explique Saxo Banque.

L'agenda statistique de la matinée n'est une fois encore d'aucun secours : publié ce matin, l'indicateur du climat des affaires en France perd un point en septembre et s'établit à 86 points, et reste donc toujours nettement en dessous de sa moyenne de longue période.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...