Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Cor-bnp réduira son bilan pour renforcer ses fonds propres

Marché : Cor-bnp réduira son bilan pour renforcer ses fonds propres

Cor-bnp réduira son bilan pour renforcer ses fonds propresCor-bnp réduira son bilan pour renforcer ses fonds propres

Correction: bien lire dans cette dépêche diffusée mardi matin que la dégradation de la note de la Société générale n'est pas liée à son exposition à la dette souveraine grecque.

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - BNP Paribas, qui a entrepris de renforcer plus rapidement ses fonds propres, a fait savoir mercredi qu'elle réduirait la taille de son bilan de l'ordre de 10% d'ici la fin 2012 et qu'elle réduirait aussi ses besoins de financement en dollar.

Dans un document de présentation disponible sur son site internet, BNP Paribas précise qu'elle réduira de 60 milliards de dollars supplémentaires ses besoins de financement en dollar dans la banque de financement et d'investissement (BFI) d'ici fin 2012.

Ses besoins en refinancements en dollar ont déjà été réduits de 22 milliards de dollars sur le premier semestre 2011, rappelle l'établissement, que des analystes jugent trop dépendant des financements à court terme comme les autres banques françaises.

Les analystes restent toutefois sceptiques quant à la capacité de BNP Paribas de renforcer sa base de capital grâce à des cessions d'actifs dans le contexte actuel des marchés financiers.

A la Bourse de Paris, l'action BNP Paribas accuse l'une des plus fortes baisses du CAC 40, tout en réduisant ses pertes. A 10h54, le titre perd 3,0% à 27,16 euros, tandis que l'indice Stoxx des valeurs bancaires européennes cède 0,27% et que le CAC 40 gagne 0,57%.

"Je n'ai jamais vu une banque en Europe éviter une augmentation de capital en procédant à des cessions d'actifs, et je ne vois pas comment cela pourrait marcher avec des marchés au plus bas", souligne Antonio Guglielmi, analyste chez Mediobanca, à Londres.

"Le fait qu'ils réduisent leurs besoins de financement en dollar est le reflet d'une réalité, c'est qu'il est difficile de trouver du funding (financement, NDLR) en dollar aujourd'hui. Ils en tirent les conséquences", souligne un analyste financier basé à Paris.

Comme la Société générale, qui a annoncé lundi une série de mesures visant à augmenter ses fonds propres, BNP Paribas s'efforce de rassurer les investisseurs qui s'inquiètent de la capacité des banques françaises à se refinancer, sur fond de crise de la dette en zone euro.

BNP Paribas a formellement démenti mardi une information parue dans la presse américaine selon laquelle elle était confrontée à des difficultés de refinancement en dollar, et elle a demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) d'ouvrir une enquête à ce sujet.

MOODY'S PROLONGE SA SURVEILLANCE

BNP Paribas précise mercredi qu'elle atteindra dès le 1er janvier 2013 un ratio de fonds propres de 9% conformément à Bâle III, alors que la pleine application de la nouvelle réglementation bancaire n'est prévue que pour 2019.

Pour réduire son bilan, BNP Paribas entend également procéder à des cessions d'actifs et d'activités dans sa BFI. La banque va par ailleurs arrêter certaines activités de crédit hypothécaire dans certains pays comme les Pays-Bas, la Hongrie, l'Espagne, la Suisse et la Norvège.

La SocGen entend de son côté renforcer ses fonds propres de quatre milliards d'euros d'ici 2013, avec notamment des cessions d'actifs et des réductions d'activités.

Les annonces de BNP Paribas surviennent alors que l'agence Moody's a annoncé mercredi prolonger sa surveillance avec implication négative de la note à long terme et des dépôts - actuellement à Aa2 - de la première banque française, tout en estimant improbable que cette mise sous surveillance débouche sur un déclassement de plus d'un cran.

Moody's a déclassé d'un cran les notes du Crédit agricole et de la Société générale.

"Ce n'est pas aussi mauvais que cela", relève un trader basé à Paris. "Société générale et Crédit agricole sont seulement dégradés à Aa3 contre Aa2 (pour SocGen, NDLR) et à Aa2 contre Aa1 (pour le Crédit agricole, NDLR), et la dégradation (éventuelle, NDLR) de BNP Paribas devrait être seulement d'un cran."

Les craintes des investisseurs concernant la capacité des banques françaises à faire face à la crise de la dette souveraine des pays fragilisés de la zone euro pèsent lourdement sur les valeurs bancaires françaises.

BNP Paribas et Crédit agricole ont ainsi vu leur capitalisation boursière chuter de plus de 40% depuis le début de l'année, et le recul dépasse 55% pour la Société générale.

Avec Blaise Robinson et Christian Plumb, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...