Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Comment fonctionne le plan d'assouplissement de la fed ?

Marché : Comment fonctionne le plan d'assouplissement de la fed ?

Comment fonctionne le plan d'assouplissement de la fed ?Comment fonctionne le plan d'assouplissement de la fed ?

CHICAGO (Reuters) - La Réserve fédérale a lancé jeudi un nouveau plan de soutien à l'économie en annonçant qu'elle achèterait désormais pour 40 milliards de dollars (31 milliards d'euros) de dette immobilière par mois et qu'elle poursuivrait ses achats de titres sur les marchés jusqu'à ce que le marché du travail s'améliore nettement et sous réserve que l'inflation reste contenue.

Comment fonctionne un programme d'assouplissement quantitatif - le plan annoncé par la Fed est le troisième du genre - et quels en sont les risques ?

Voici cinq questions-réponses au sujet du "QE3".

QU'EST QU'UN ASSOUPLISSEMENT QUANTITATIF ?

Une banque centrale achète une grande quantité d'actifs - en l'occurrence des crédits immobiliers titrisés - en vue de faire baisser les taux d'intérêt et de donner un coup de fouet à l'économie.

COMMENT EST MIS EN OEUVRE UN TEL PROGRAMME ?

Pour acheter les titres de dette, la Fed fait pour ainsi dire tourner la planche à billets, réglant ses achats en créditant les comptes des banques auprès de qui elle les achète. De ce fait, les sommes s'accumulent dans les comptes ouverts par banques auprès de la Fed, comptes qui rapportent le maigre taux d'intérêt de 0,25% que verse la banque centrale. Le but est que les établissements se montrent, grâce à cet argent, plus disposés à prêter aux ménages et aux entreprises. Si les entreprises utilisent à leur tour les crédits obtenus pour acheter des équipements, si les ménages s'en servent pour acheter des maisons et des voitures, alors l'économie reçoit le coup de pouce visé.

Les achats d'obligations de la Fed soutiennent également l'économie parce qu'ils font baisser le coût de l'emprunt. Des achats en grande quantité de n'importe quel actif en font généralement augmenter le prix. Et sur le marché obligataire, une hausse des prix se traduit par une baisse du rendement. Parce que la Fed va se concentrer sur des crédits immobiliers titrisés, le programme a directement pour but de faire baisser le coût d'un prêt immobilier. En outre, certains investisseurs, refroidis par la flambée des prix des actifs qu'achète la Fed, peuvent se tourner vers d'autres actifs, comme des obligations d'entreprise, évolution qui fait à son tour monter le prix de cet actif et, par voie de conséquence, en fait baisser le rendement. Il devient alors pour les entreprises plus intéressant d'emprunter et de dépenser.

POURQUOI LA FED SE LANCE-T-ELLE DANS UN TEL PROGRAMME ?

En faisant baisser le loyer de l'argent et en incitant les banques à prêter davantage, la Fed espère une augmentation générale des dépenses et investissements et, au final, créer les conditions d'une augmentation des embauches. L'objectif du "QE3" est d'ailleurs explicitement une amélioration significative du marché du travail.

QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS DES PROGRAMMES PRÉCÉDENTS ?

La plupart des études ont montré qu'un assouplissement quantitatif est efficace pour faire baisser les coûts d'emprunt, tels qu'ils sont mesurés par le rendement des obligations d'Etat à 10 ans. Les études sont moins tranchées sur l'effet de ce recul du loyer de l'argent sur la situation économique, au premier chef la création d'emplois. Un modèle défini l'an dernier par le président de la Réserve fédérale de San Francisco John Williams a laissé entendre que le "QE2" - qui était de 600 milliards de dollars - s'était traduit par la création de 700.000 emplois supplémentaires.

QUELS SONT LES RISQUES ?

Acheter des obligations fait gonfler le bilan de la Fed. Même si la banque centrale dit qu'elle sera capable de contracter ce bilan - 2.850 milliards de dollars avant que le "QE3" ne soit effectivement lancé - sans provoquer un bond de l'inflation, elle n'a jamais procédé à une telle manoeuvre. Les détracteurs des programmes d'assouplissement quantitatif disant que ces derniers permettent aux Congrès et à la Maison blanche d'éviter de s'attaquer aux problèmes budgétaires du pays en ayant sous la main un acquéreur d'une dette qui ne cesse d'augmenter. Des responsables politiques d'autres pays estiment en outre que les mesures d'assouplissement quantitatif de la Fed font baisser le cours du dollar, ce qui handicape leurs exportations et font affluer des capitaux pas toujours aisés à absorber.

Ann Saphir, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...