Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Coach revient vers le haut de gamme et maintiendra ses prix

Marché : Coach revient vers le haut de gamme et maintiendra ses prix

tradingsat

par Martinne Geller et Phil Wahba

NEW YORK (Reuters) - Les sacs à main Coach les plus chers, facturés plus de 400 dollars (285 euros), rencontrent une demande croissante, ce qui devrait permettre au groupe de revenir vers le haut de gamme après avoir introduit des modèles moins onéreux face à la crise financière.

Le groupe américain vise ainsi une clientèle du marché du luxe dont les dépenses reprennent des couleurs.

Mais, même si le fabricant d'articles et d'accessoires en cuir a une forte latitude pour fixer ses prix, il ne prévoit pas de les augmenter malgré l'augmentation du coût du cuir et de la main d'oeuvre en Chine, à l'inverse de nombre de ses pairs.

"Nous n'envisageons pas de relever les prix à l'avenir", a déclaré lundi son directeur général Lew Frankfort à l'occasion du sommet du luxe organisé par Reuters.

"Nos clients recherchent un bon rapport qualité-prix."

Le choix de miser sur des sacs plus chics a permis de relever le prix moyen de la gamme autour de 300 dollars, contre 288 dollars pendant la récession, pendant laquelle le groupe a lancé la ligne d'entrée de gamme Poppy.

"Les clients les ont adoptés (les sacs au-delà de 400 dollars) et en achètent à un rythme accéléré", note Lew Frankfort.

Face à la hausse des coûts en Chine, où Coach produit 85% des biens qu'il vend, le groupe compte diversifier ses sites de production, remplacer certaines matières premières et produire de manière plus efficace.

Lors de la publication en avril des résultats du troisième trimestre fiscal du groupe, le directeur financier Mike Devine a souligné que les sacs de plus 400 dollars représentaient environ 18% de son chiffre d'affaires, contre 10% un an plus tôt.

Il a précisé que cette croissance était alimentée par la mode des sacs en cuir, au détriment de ceux en tissu.

Lew Frankfort a néanmoins souligné lundi que malgré la progression des produits les plus luxueux, les consommateurs restaient en quête de bonnes affaires, ce qui profite aux groupes qui proposent des produits plus abordables plutôt qu'aux icônes du haut de gamme, comme LVMH.

"Notre positionnement comme marque de luxe démocratisée n'a jamais été aussi en vogue qu'aujourd'hui", a-t-il dit.

Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...