Bourse > Actualités > Points de marché > Changes : L'euro stable au-dessus de 1,33 dollar

Changes : L'euro stable au-dessus de 1,33 dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne ne savait à quel saint se vouer mercredi midi au lendemain d'un conseil Ecofin qui a laissé les cambistes sur leur faim. Vers 13 heures, l'euro cédait symboliquement 0,05% à 1,3327 dollar. Il oscille depuis ce matin entre 1,3259 et 1,3359.

La devise européenne prend 0,15% face au yen à 104,2 et contre le franc suisse à 1,2285, mais en perd autant contre la livre à 0,8527.

A propos de la crise souveraine européenne, le moral des cambistes alterne toujours entre l'espoir suscité par les effets d'annonce des officiels du Vieux continent puis des craintes quant à la nature réelle des décisions. Hier, la réunion des grands argentiers de la zone euro (conseil Ecofin) a débloqué une tranche (la 6ème, calculent les cambistes de Pictet & Cie) de 8 milliards d'euros d'aide à la Grèce en contrepartie de mesures de rigueur. Commentaire d'Aurel BGC : 'il n'y aura donc pas de défaut de la Grèce avant Noël.

Cependant, le conseil européen des 8 et 9 décembre suscite ce midi davantage de doutes. Le fameux Fonds européen de stabilité financière (FESF) risque fort de ne pas être doté de la capacité d'intervention de 1.000 milliards d'euros initialement visée

“L'Europe reste donc encore dans le flou sur l'utilisation du FESF. (...) Même si le FESF devrait commencer à garantir des dettes à la fin décembre, ces dernières annoncent ne permettront pas un retour de la confiance sur les marchés de dette”, ajoute-t-on chez Aurel.

Par ricochet, cela pèse sur l'éventuel plan de secours à l'Italie, 3ème marché obligataire mondial, qui faisait hier l'objet de rumeurs en ce sens. Le FMI ne semble pas suffisamment doté pour monter seul un plan d'aide à ce pays. Or “selon un 'rapport confidentiel' remis aux ministres de l'économie de l'Eurogroup, l'Italie risque de devenir insolvable', rapporte encore Aurel BGC.

Reste la BCE, mais l'article 123 du traité de Lisbonne stipule qu'il “est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres (...) d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres.” La BCE peut intervenir sur le marché secondaire de la dette, ce qu'elle fait avec parcimonie car l'Allemagne le voit d'un mauvais oeil, mais pas sur le marché primaire.

Et “Angela Merkel une nouvelle fois exprimé son désaccord sur la création des eurobonds et réaffirmé son opposition à des interventions massives illimitées par la BCE”, rappelle Barclays Bourse.

Par ailleurs, les agences de notations continuent de faire parler d'elles. Standard & Poor's a dégradé des banques américaines, et Fitch estime que le 'AAA' du Royaume-Uni. On notera cependant que le taux à 10 ans du Bund allemand (2,30%) est supérieur à celui du 'Gilt' britannique équivalent (2,19%).

De même, le 'spread' France/Allemagne continue de retraiter à moins de 113 points ce matin, bien loin du record de 200 points dépassé un instant voilà 15 jours.

Pictet & Cie indique enfin que “la probabilité de baisse de taux de la part de la BCE à 1% en décembre a augmenté à 60% selon un sondage effectué auprès d'économistes. De plus, la probabilité que la BCE commence une politique d'assouplissement quantitatif dans les 6 mois est de 40%. Les réserves monétaires de la BCE affichent une hausse de 0,8 milliard à 195,6 milliards d'euros”.

Au chapitre économique de l'Europe ce matin, le nombre de chômeurs en Allemagne s'est contracté de 20.000 au mois de novembre, selon les données corrigées de variations saisonnières. Le taux de chômage outre-Rhin s'est ainsi replié de 0,1 point, à 6,4%.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro s'établit à 3% en novembre 2011, comme en octobre - et comme prévu.

Depuis les Etats-Unis cet après-midi, on attend l'indice calculé par ADP des créations d'emplois de novembre (+ 130.000 ; précédent ; +110.000), qui précède mais ne présage pas des résultats de l'enquête officielle, attendue vendredi. L'indice PMI de Chicago pour ce même mois est attendu en très modeste hausse à 58,5 points.

Les promesses de ventes de logements pour octobre sont également prévues en hausse de 2%, après - 4,6% précédemment.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...