Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Berlusconi loue l'économie italienne et promet des réformes

Marché : Berlusconi loue l'économie italienne et promet des réformes

Berlusconi loue l'économie italienne et promet des réformesBerlusconi loue l'économie italienne et promet des réformes

par James MacKenzie et Gavin Jones

ROME (Reuters) - Silvio Berlusconi, contraint de s'exprimer devant l'envolée du coût de la dette italienne, a fait mercredi l'éloge de la santé économique de l'Italie, regrettant que les marchés n'en tiennent pas compte.

"Le pays est solide économiquement et financièrement", a dit le président du Conseil devant les députés dans un discours censé rassurer les marchés.

Berlusconi s'est engagé à travailler avec les syndicats et le patronat pour réformer le droit du travail et accélérer la croissance, réclamant une cohésion de toute la nation pour surmonter cette crise.

Chiara Corsa, économiste chez Unicredit, a retenu sa main tendue aux syndicats et à l'opposition mais jugé trop flou le discours du chef du gouvernement.

"Je n'avais pas de grandes attentes mais le contenu est tout de même assez décevant", a-t-elle dit. "Il n'a montré aucune volonté d'avancer les mesures d'austérité à l'année prochaine, ce que nous espérions et ce que les marchés auraient apprécié."

Le rendement des obligations italiennes à 10 ans a atteint mercredi son plus haut niveau des 14 dernières années. Le marché est désormais aussi sceptique sur la capacité de Rome à honorer ses échéances que sur celle de Madrid.

Le plan d'économies de 48 milliards d'euros, visant à éliminer le déficit en 2014, n'a pas convaincu les marchés, qui soulignent que la plupart des mesures n'entreront en vigueur qu'en 2013, après les prochaines élections législatives, et qu'elles n'aideront pas à stimuler la croissance.

"ESPRIT PATRIOTIQUE"

La Commission européenne a assuré qu'aucune discussion n'avait lieu concernant un plan d'aide pour l'Italie. Le ministre italien de l'Economie, Giulio Tremonti, et le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, ont été peu loquaces à l'issue d'un entretien de deux heures à Bruxelles.

José Manuel Barroso, président de l'exécutif européen, a estimé que cette poussée de fièvre ne reflétait pas le véritable état de l'Italie et de l'Espagne, troisième et quatrième économies de la zone euro.

C'est en substance ce qu'a voulu démontrer Silvio Berlusconi à la chambre des députés.

"Comme souvent dans les crises de confiance, les marchés n'évaluent pas correctement les mérites de notre système de crédit (...), la solidité de notre système bancaire, la base saine des actifs de nos familles et entreprises, la dette extérieure limitée, l'absence de déséquilibre dans le secteur immobilier et notre prudence budgétaire durant la crise", a-t-il estimé.

"Les marchés n'ont pas reflété et ne reflètent toujours pas l'importance des interventions (européennes). Il est donc essentiel de donner des garanties aux marchés", a ajouté le "Cavaliere".

Silvio Berlusconi a vaguement évoqué des réformes et réclamé un "large consensus politique et social pour combattre les menaces pesant sur notre stabilité financière".

L'urgence est, selon le chef du gouvernement, de retrouver une croissance forte et d'adopter une réforme fiscale. Il rencontrera jeudi les partenaires sociaux pour leur présenter un projet de réforme du droit du travail.

Doté d'une courte majorité à la chambre des députés, Silvio Berlusconi a relayé l'appel à l'unité du président Giorgio Napolitano. "Je ne serai pas sourd aux idées de l'opposition si elles sont inspirées par un esprit patriotique", a-t-il déclaré.

Avec Jan Strupczewski à Bruxelles; Clément Guillou pour le service français, édité par Tangi Salaün

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...