Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Berlin trouve des investisseurs prêts à payer pour lui prêt

Marché : Berlin trouve des investisseurs prêts à payer pour lui prêt

Berlin trouve des investisseurs prêts à payer pour lui prêtBerlin trouve des investisseurs prêts à payer pour lui prêt

par Sarah Marsh

BERLIN (Reuters) - Des investisseurs ont accepté lundi de payer pour prêter à l'Etat allemand un montant total de 3,9 milliards d'euros à une échéance de six mois, conséquence du mouvement de "fuite vers la qualité" en pleine crise de la dette dans la zone euro.

Depuis plusieurs mois déjà, alors que les rendements obligataires des pays 'périphériques' de la zone battent record sur record, ceux des emprunts d'Etat allemands sont tombés à des niveaux historiquement bas.

Lundi, ils sont devenus négatifs pour la première fois lors d'une adjudication ordinaire, pour ressortir à -0,0122%, contre +0,001% lors d'une opération similaire le mois dernier.

"En ces temps incertains, récupérer son investissement passe avant le retour sur investissement", a commenté Kornelius Purps, analyste d'UniCredit.

"C'est complètement lié au fait que, dans un climat potentiellement dangereux, on met ses liquidités à l'abri en Allemagne, qui passe pour l'endroit le plus sûr où placer sa trésorerie au sein de la zone euro en ce moment", a renchéri Padhraic Garvey, stratégiste d'ING à Amsterdam.

"C'est symptomatique du climat actuel où le papier à deux ans se traite tout près de 0,15%. Les bons se traitaient à des niveaux négatifs et aujourd'hui, pour la première fois, ils ont été émis négatifs lors d'une adjudication."

La demande lors de l'opération de lundi a été forte, atteignant 1,8 fois le montant offert, montrent les données publiées par la Bundesbank, la banque centrale allemande.

Le ratio de couverture (rapport entre la demande et l'offre) de l'opération de lundi est néanmoins nettement inférieur à celui de 3,8 enregistré en décembre.

BON POUR BERLIN, MAUVAIS POUR LES MARCHÉS

Plusieurs adjudications allemandes récentes ont même suscité une demande inférieure à l'offre, ce qui s'explique en partie par la faiblesse des rendements.

En novembre, lors d'une adjudication à 10 ans jugée "désastreuse" par nombre de professionnels, près de la moitié du papier mis en vente avait dû être souscrit par la Bundesbank, faute de demande.

Les craintes liées à la crise de la dette ont incité les banques commerciales à déposer en masse leurs liquidités auprès de la Banque centrale européenne plutôt que de se prêter les unes aux autres.

Les dépôts au jour le jour auprès de la BCE ont atteint un nouveau record à 464 milliards d'euros, selon les données publiées lundi par l'institution, et les professionnels s'attendent à ce que le cap des 500 milliards soit franchi d'ici la semaine prochaine.

L'agence de la dette allemande a modifié les modalités de ses adjudications d'instruments monétaires cette année pour permettre aux investisseurs d'enchérir un prix et non plus un taux, ce qui rend possible des rendements négatifs, explique Jörg Müller, porte-parole de l'agence.

La seule adjudication réalisée à un taux négatif dans le passé avait été une opération à cinq ans indexée sur l'inflation, le 9 novembre, réalisée à -0,4%.

"(Le résultat de lundi) n'est pas une surprise pour l'agence car nous avions observé cette tendance sur le marché secondaire ces derniers mois", a ajouté Jörg Müller.

"D'un côté, c'est un bon signe pour le ministre des Finances, qui n'a pas besoin de rémunérer les investisseurs, mais de l'autre côté, cela montre que le marché est très nerveux, comme c'est le cas depuis un an", a-t-il poursuivi.

Avec Emelia Sithole-Matarise à Londres, Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...