Bourse > Actualités > Points de marché > BCE : Mario Draghi n'hésitera pas à en faire plus si nécessaire

BCE : Mario Draghi n'hésitera pas à en faire plus si nécessaire

Le Quantitative Easing à la sauce BCE est-il efficace?Le Quantitative Easing à la sauce BCE est-il efficace?

(Tradingsat.com) - Continuer le plan de Quantitative Easing, et l’amplifier au besoin: telle reste la ligne de conduite du président de la BCE, interrogé ce week-end par le journal grec Kathimerini. Même si les effets tangibles sur l’économie européenne restent à prouver, Mario Draghi persiste et signe.

Marche? Marche pas? Question sans fin que se posent les marchés sur le plan d’assouplissement de la BCE, le fameux Quantitative Easing, lancé officiellement en mars dernier. Car jusqu’à présent, comme vu précédemment à la FED et du côté de la Banque du Japon, on a l’impression d’une fuite en avant sans réel effet positif pour la croissance.

Mais Mario Draghi le répète, le Quantitative Easing est la seule solution pour stabiliser la situation et empêcher l’entrée de la zone Euro dans une spirale déflationniste. Certes, le patron de la BCE le reconnaît, les problèmes persistent. Et en particulier une croissance toujours très faible en zone Euro.

Inflation nulle et déséquilibres

Autre type de problème: l’inflation qui reste inexistante, voire légèrement négative. Le QE de la BCE était censé avoir un effet favorable en la matière. Mais pour l’instant rien n’y fait. Cela aurait dû être l’effet direct d’une reprise de la demande en Zone Euro, mais rien n’y fait pour le moment.

Enfin, se faisant l’écho des autres grands banquiers centraux du monde, et en particulier ceux de la FED, Mario Draghi reconnaît que les turbulences économiques actuelles, dans les pays émergents et en Chine, constituent un risque sensible pour l’ensemble de l’économie européenne.

Progrès dans les flux de crédit

Mais malgré tout cela, le patron de la BCE reste optimiste. "Nous sommes satisfaits du plan de Quantitative Easing. Il remplit ses objectifs et va même au-delà de nos espérances" dit-il. Mario Draghi note avant tout que les volumes de crédits bancaires aux entreprises augmentent, que les petites entreprises à l’échelon européen bénéficient d’un meilleur accès au crédit, grâce à des taux de refinancement bon marché.

C’est selon lui une première étape essentielle. Reste au 2ème étage de la fusée de se mettre en route, que la hausse de la demande provoque un peu d’inflation. Mais pour l’instant, on est très loin de l’objectif des 2% que s’était fixé la BCE.

"Par tous les moyens"

En cela, pour l’instant, Mario Draghi préfère y voir des effets persistants de la baisse des prix de l’énergie, et en particulier du pétrole, qui est par ailleurs une aubaine pour bon nombre de secteurs industriels. "Il apparaît que le processus de progression des prix vers notre objectif des 2% d’inflation va prendre... Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...