Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Arianespace prêt à accueillir soyouz et vega à kourou

Marché : Arianespace prêt à accueillir soyouz et vega à kourou

Arianespace prêt à accueillir soyouz et vega à kourouArianespace prêt à accueillir soyouz et vega à kourou

par Grégory Schwartz

LE BOURGET (Reuters) - Après trois tirs d'Ariane 5 depuis le début de l'année, le calendrier des six prochains mois reste chargé pour Arianespace, avec sept lancements supplémentaires, dont quatre pour les nouveaux venus Soyouz et Vega.

Le groupe spatial européen dispose d'un total d'environ quatre milliards d'euros de commandes en carnet, avec notamment 26 satellites à placer en orbite géostationnaire et cinq missions de desserte de la Station spatiale internationale, a énuméré mardi le président directeur général d'Arianespace, Jean-Yves Le Gall, lors d'une conférence de presse durant le salon aéronautique du Bourget.

L'arrivée des lanceurs russe Soyouz et italien Vega est de l'avis d'Arianespace le fait marquant de l'année.

Le 20 octobre, une fusée Soyouz doit mettre en orbite les deux premiers satellites de la constellation Galileo, système de géolocalisation européen qui doit notamment concurrencer le GPS américain.

Ce tir marquera à la fois l'arrivée en orbite de Galileo et le premier tir de Soyouz à Kourou. Les deux satellites doivent arriver en Guyane début septembre.

Le pas de tir des fusées russes à Kourou a été déclaré opérationnel en mai après la mise en place du lanceur et deux simulations de décollage.

QUEL LANCEUR POUR GALILEO?

Si Arianespace est assurée de ce marché via l'un ou l'autre de ses deux plus grands lanceurs, Ariane 5 peut faire valoir face à Soyouz sa plus grande charge utile, qui lui permettrait de placer simultanément en orbite quatre satellites Galileo, contre deux pour la fusée russe.

"Nous sommes persuadés que (...) la Commission européenne choisira Ariane et nous espérons que la décision sera prise avant la fin de l'année, juste après le lancement des premiers satellites Galileo", a ainsi déclaré Alain Charmeau, président directeur général d'Astrium, lors d'une conférence de presse.

La filiale d'EADS est l'un des principaux maîtres d'oeuvre du lanceur Ariane 5, dont il prévoit d'augmenter la charge utile pour la porter de presque 10,5 tonnes aujourd'hui à 12,5 tonnes à l'horizon 2016.

Pour les charges trop petites pour être emmenées par son lanceur lourd, Arianespace compte sur Vega, dont la date du premier lancement sera décidée après le tir de Soyouz du 20 octobre, a souligné Jean-Yves Le Gall.

Le premier exemplaire de ce petit lanceur, d'une capacité de 1.500 kilos à 700 kilomètres d'altitude, doit être livré en Guyane fin septembre en provenance d'Italie. Il sera formellement qualifié pour le service commercial après son deuxième lancement, en 2012.

"Vega sera un lanceur qui, lorsqu'il aura été qualifié l'année prochaine, lancera nombre de petits satellites pour lesquels il n'y aura plus dans les années qui viennent d'alternative", a déclaré Jean-Yves Le Gall.

Arianespace a profité du salon de l'aviation pour annoncer la signature du contrat de lancement du satellite Astra 5B avec l'opérateur luxembourgeois SES.

Ce satellite de télécommunications, actuellement construit par Astrium, doit être placé en orbite en 2013 par Ariane 5.

Edité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...