Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Ambitieux objectifs pour vranken après un cru 2010 décevant

Marché : Ambitieux objectifs pour vranken après un cru 2010 décevant

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Vranken-Pommery, qui a publié jeudi un résultat opérationnel courant 2010 inférieur aux attentes des analystes, mise sur une montée en gamme de ses champagnes et sur le développement de ses ventes aux Etats-Unis pour doper sa rentabilité d'ici 2014.

Le groupe propriétaire des champagnes Pommery, Vranken, Heidsieck & Co Monopole et Charles Laffite, des vins Listel ou La Gordonne et du porto Rozes, a fait état d'un résultat opérationnel de 38,4 millions d'euros (après 30,9 millions en 2009), alors que le consensus des analystes était d'environ 48 millions d'euros avec la consolidation des domaines Listel.

Le résultat a pâti d'un important investissement (20 millions d'euros) réalisé dans le développement du réseau de distribution à l'international ainsi que dans le marketing (5% des ventes 2010) pour accroître la visibilité des marques.

Deuxième producteur de champagne derrière le groupe LVMH, Vranken-Pommery produit aussi des champagnes de "premier prix", aux environs de 15 euros la bouteille, comme Germain ou Charbot, ainsi que des bouteilles destinées spécifiquement à la grande distribution.

Cette catégorie de champagnes, dont la part dans le chiffre d'affaires diminue depuis trois ans, était de 12,4% à la fin 2010. "Ces marques ont été achetées entre 1994 et 2003 pour les approvisionnements en raisin, elles ont vocation à progressivement disparaître", a précisé à la presse Paul-François Vranken, PDG du groupe.

MONTÉE EN GAMME

Vranken entend ainsi pousser ses principales marques, qui vont de 24 euros pour un Charles Laffite à 150 euros pour une Cuvée Louise de Pommery, et faire progresser sa rentabilité.

Vranken a dégagé en 2010 une marge opérationnelle de 11,1% et se fixe pour objectif de la faire progresser de 50% d'ici à 2014.

Les analystes d'Oddo Securities, qui ont abaissé leur objectif de cours sur la valeur de 40 à 33 euros après des résultats qu'ils jugent "très décevants", estiment dans une note que cet objectif est "crédible en 2011 mais plus aléatoire ensuite et qu'il nécessitera d'être solidement étayé".

Le groupe, qui a vu ses ventes de champagne à l'exportation (52% du chiffre d'affaires) dépasser pour la première fois ses ventes en France, entend accélérer la cadence à l'étranger, et prioritairement aux Etats-Unis, où il a investi 1,4 million d'euros pour vendre deux de ses marques, Pommery et Heidseick & Co Monopole, dans la grande distribution et chez les cavistes.

"Le grand relais de croissance du champagne, ce sont les Etats-Unis. Nous sommes en ordre de bataille pour partir à leur conquête", a déclaré Paul-François Vranken.

L'Asie ne sera pas, selon lui, un grand marché pour le champagne, contrairement au vin.

Le résultat net est ressorti à 14,7 millions d'euros, contre 18,2 millions en 2009 et le dividende proposé recule à 1,05 euro par action au titre de 2010, contre 1,15 euro en 2009.

Le titre a fini en baisse de 2,54% à la Bourse de Paris jeudi, enregistrant une hausse de 5% depuis le début de l'année. A ces niveaux de cours, la capitalisation boursière du groupe ressort à 230 millions d'euros.

Avec Benjamin Mallet, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...