Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Accord sur le plan d'austérité grec avec l'ue et le fmi

Marché : Accord sur le plan d'austérité grec avec l'ue et le fmi

Accord sur le plan d'austérité grec avec l'ue et le fmiAccord sur le plan d'austérité grec avec l'ue et le fmi

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - La Grèce a trouvé un accord avec les inspecteurs dépêchés à Athènes par le Fonds monétaire international et l'Union européenne sur un plan d'austérité sur cinq ans, qui sera présenté au parlement la semaine prochaine, a annoncé jeudi le gouvernement grec.

"Je viens juste de parler au ministre des Finances, qui a signalé que les discussions avec la troïka étaient terminées et que nous nous dirigions vers une adoption la semaine prochaine par le parlement des objectifs à moyen terme et de la première loi d'application", a dit Elias Mossialos, porte-parole du gouvernement grec, interrogé à Bruxelles en marge du sommet européen.

Auparavant, une source avait déclaré à Reuters qu'un accord avait été trouvé pour combler un trou de 3,8 milliards d'euros dans le financement du plan grec.

Il s'agissait de trouver 5,5 milliards d'euros supplémentaires pour parvenir à boucler le plan d'austérité souhaité par l'UE et le FMI pour débloquer la prochaine tranche d'aide financière à Athènes.

RÉFORMES FISCALES

Le gouvernement grec prévoit notamment d'abaisser le seuil minimum d'imposition sur le revenu à 8.000 euros par an au lieu de 12.000 euros actuellement.

Un impôt exceptionnel de solidarité sur les revenus sera également instauré. Il sera compris entre 1% à 5% des revenus en fonction de leur montant.

"La question de base du jour est de finaliser le programme", a déclaré Evangelos Venizelos lors d'une conférence de presse. "Notre objectif de base est de retrouver notre crédibilité."

La taxe sur le fioul domestique sera légèrement relevée, tandis qu'un impôt minimum sera institué pour les auto-entrepreneurs. Ce secteur est considéré comme un de ceux où la fraude fiscale est la plus pratiquée.

Le ministre a précisé que les banques grecques voulaient participer à un "rollover" en ce qui concerne la dette souveraine grecque, c'est-à-dire un renouvellement des engagements sur la dette grecque.

"Il est évident que les détenteurs (grecs) d'obligations grecques, c'est-à-dire les banques et les caisses de retraite, sont désireux de participer au processus", a déclaré Evangelos Venizelos.

Concernant la taxe de solidarité, le ministre a précisé que les détenteurs de charges publiques et les parlementaires acquitteraient le taux le plus élevé.

"Nous devons les premiers supporter les réductions les plus fortes. C'est notre devoir moral", a-t-il dit.

Lefteris Papadimas et Ingrid Melander, Danielle Rouquié, Nicolas Delame, édité par Bertrand Boucey

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...