Bourse > Actualités > Interviews > Sébastien Korchia : "Les statistiques américaines semblent montrer les premiers effets des coupes budgétaires"

Sébastien Korchia : "Les statistiques américaines semblent montrer les premiers effets des coupes budgétaires"

Sébastien KorchiaSébastien Korchia

(Tradingsat.com) - Alors qu’il semblait se diriger tout droit vers les 4000 points au mois de mars, le marché parisien a marqué le pas ces dernières semaines, laissant l’indice CAC 40 sans direction claire. Sébastien Korchia, le responsable des gestions actions et directeur général de Meeschaert AM, décrypte la tendance et vient nous rappeler que les vieilles recettes de gestion sont toujours d’actualité.

Tradingsat.com : Alors qu’elles alimentaient jusque là l’optimisme du marché, les dernières statistiques semblent au contraire se détériorer…

Sébastien Korchia : C’est encore à confirmer, mais ces statistiques montrent peut-être les premiers effets des coupes budgétaires. Il ne fait pas oublier en effet que ces coupes, qui sont assez concentrées dans le temps, ont un impact sur le PIB. Même limité, cet impact n’est pas sans conséquence, sur d’autres agrégats, notamment l’emploi public. La déception sur certains indicateurs économiques n’est pas si surprenante et ne veut pas dire que l’économie américaine est en train de défaillir. Les prochaines statistiques risquent de continuer à décevoir, mais il faut les relativiser, sans les ignorer. C’est pour cela que l’on peut se demander s’il n’est pas temps pour les marchés américains de souffler un petit peu, ce qui ne serait pas sans conséquence sur nous. Ils viennent d’inscrire de nouveaux sommets et pourraient manquer de catalyseurs pour poursuivre leur progression, d’autant que la période de publication des résultats des entreprises apporte toujours des perturbations.

Tradingsat.com : Jusqu'à quand les liquidités du quantitative easing (QE) de la banque centrale américaine vont-elles pouvoir soutenir les Bourses mondiales ?

Sébastien Korchia : Avec le recul, les séances où les marchés actions ont été le plus nerveux cette année ont eu lieu fin février lorsque l’on a cru déceler dans les minutes de la Fed [compte rendu détaillé des discussions des différents membres du FOMC au cours de leur réunion, ndlr] que la banque centrale pourrait réduire plus tôt qu’attendu son soutien à l’économie. Presque immédiatement, Ben Bernanke [le président de la Fed ; ndlr] a calmé les esprits en défendant vigoureusement la politique d'achats d'obligations de la Fed au Congrès. A la suite de quoi les indices US sont repartis battre de nouveaux records à la hausse. Donc la réponse est : le QE continuera de faire de l’effet… tant qu’il se poursuivra. Les marchés actions sont totalement « addicted » aux liquidités. Le vrai problème sera de négocier la sortie de ce quantitative easing en évitant une remontée des taux trop rapide comme lors du krach obligataire de 1994.

Tradingsat.com : Dans ces conditions, que vous inspire le marché aujourd’hui ?

Sébastien Korchia : On observe depuis le mois dernier certaines incohérences relatives au fonctionnement habituel des marchés actions et aux corrélations entre actifs. Par exemple, la hausse du marché au dessus des 3800 pts s’est faite sans baisse du Bund allemand et sans remontée de l’euro, sans volumes non plus, ni rotation sectorielle forte. Conjuguée à ces autres éléments, la multiplication des opérations de placement accéléré sur le marché (Edenred, Safran, Ingenico, EADS…) peut aussi alerter. Ce sont des indicateurs utiles, de vieilles recettes de gérants mais que l’on n’a pas le droit d’ignorer. Ces « dérèglements » doivent toujours inciter à la prudence. De fait, entre mi-mars et début avril, le marché a perdu 200 points très rapidement…

Tradingsat.com : Que dit l’analyse technique sur le CAC 40 ?

Sébastien Korchia : Le marché a rebondi sur un point clé à 3670 points la semaine dernière, qui correspond à un support ascendant. L’indice est repassé brièvement dessous, avant de reprendre de l’élan et de buter à 3780 points. Au dessus, on trouve une résistance à 3825 points. Plus bas, il y a encore un important support horizontal vers 3605 points, ou passe également la moyenne mobile à 150 jours. C’est un point assez rassurant testé à trois reprises. Donc même, si les 3670 points étaient enfoncés, il y aurait en quelque sorte un dernier rempart assez puissant. Pour l’instant, le marché semble donc techniquement neutre, sans tendance, dans une zone d’oscillation entre 3670 points, voire 3605 points en extension, et 3780-3825 points.

Tradingsat.com : Les 4000 points sur le CAC vous paraissent-ils envisageables ?

Sébastien Korchia : Avant cela il faudra déjà refranchir les 3800 points. Or le marché ne semble pas mûr pour cela dans l’immédiat. Les publications américaines conjuguées au risque coréen, à un éventuel retour de la grippe aviaire et à des indicateurs économiques européens en berne sont de nature à bloquer les initiatives et à prolonger un petit moment encore une absence complète de tendance. Les grands stratégistes et les grands brokers sont aussi davantage sur la défensive qu’en début d’année. Il était d’ailleurs difficile d’imaginer que le marché allait battre les 4000 pts - comme tout le monde le prédisait il y a quelques semaines - alors même que les bancaires glissaient et que les cycliques étaient sous pression ; cela faisait partie des incohérences.

Tradingsat.com : En termes de valeurs, quelles sont celles à privilégier aujourd'hui ?

Sébastien Korchia : Dans un environnement macroéconomique où les objectifs de croissance sont décalés dans le temps, il convient logiquement de fait preuve de discernement sur les cycliques, comme Saint-Gobain, Michelin, Lafarge ou encore ArcelorMittal, qui avaient plutôt bien démarré l’année. Il semble un peu trop tôt pour revenir dessus alors que les grands brokers les dégradent seulement maintenant. Il y a des interrogations sur la croissance, que ce soit aux Etats-Unis, en Chine, où les chiffres ne sont pas clairs, et encore plus en Europe, où l’on frôle le zéro absolu. Toutefois, avec un marché revenu sous les 3700 pts, à l’inverse, le secteur bancaire peut mériter qu’on s’y intéresse de nouveau à contre-courant de tout le monde. Société Générale sous 26 euros, BNP dans la zone des 38 euros et Natixis sous 3 euros avec son dividende exceptionnel, redeviennent un peu plus attrayantes après leur consolidation.

Tradingsat.com : Et du côté des petites capitalisations ?

Sébastien Korchia : On peut s'intéresser à l'éditeur de logiciel Dalet, au fabricant d'emballages plastiques Groupe Guillin, ainsi qu'au spécialiste des bases-vie Catering International Services, dont la faiblesse du cours mérite d'être mise à profit. Pêle-mêle, je citerai aussi le groupe vétérinaire Vétoquinol, qui évolue sur un secteur à la fois défensif et en croissance. J’apprécie la société Solution 30, qui fournit des services d’assistance sur les équipements informatiques et numériques. Nous restons favorable à Let’s Gowex, une petite valeur cotée sur Alternext que nous suivons depuis l’introduction en bourse, dont le modèle économique, axé sur une offre originale de Wifi gratuit pour les municipalités, offre toujours de belles perspectives. Je retiens aussi Neopost, qui affiche un rendement du dividende de 10%, dont l’activité dans les équipements de salles de courrier, allie récurrence et croissance.

Tradingsat.com : Vous avez récemment lancé un fonds flexible, MAM Optima 25 – 125. En quoi est-il adapté au contexte actuel ?

Sébastien Korchia : La plupart des fonds flexibles ont une exposition au marché comprise entre 0 et 100%. En cas de marchés durablement mieux orientés, toute la valeur ajoutée de tels fonds flexibles disparaît par rapport à un fonds classique. D’où l’idée de pouvoir investir sur un fonds flexible dont l’exposition peut dépasser les 100%. Une exposition à 125% permet de tirer profit des phases durables de hausse. A l’inverse, le fonds est aussi conçu pour se prémunir de marchés volatils avec une exposition qui peut être ramenée à 25%. C’est donc un fonds destiné aux investisseurs souhaitant déléguer leur gestion dans des marchés qui bougent très vite et requièrent un « pilotage » très réactif. Et ce alors que MAM Optima 25 – 125 permet par ailleurs de bénéficier de l’enveloppe fiscale avantageuse du PEA contrairement à la plupart des fonds flexibles.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...