Bourse > Actualités > Interviews > Guillaume Charbonnier : "les sociétés de tests de diagnostic sont des cibles potentielles"

Guillaume Charbonnier : "les sociétés de tests de diagnostic sont des cibles potentielles"

(Tradingsat.com) - Alors que le secteur des sociétés de technologie médicale (les « medtechs ») semble attirer l'attention de plus en plus d'investisseurs à la Bourse de Paris, d'autres acteurs de la médecine innovante affichent des évolutions plus contrastées. Guillaume Charbonnier, gérant du fonds Gestys Santé Biotech, fait le point sur les meilleurs potentiels.

Tradingsat.com : Que vous inspire le cas de Carmat, qui affole la Bourse avec un cours multiplié par 10 depuis l'introduction ?

Guillaume Charbonnier : Difficile de voir dans la hausse du titre une réaction strictement rationnelle. Manifestement, à plus de 600 millions d'euros, la capitalisation boursière de la société intègre déjà le succès des tests cliniques qui vont débuter à la fin de l'année. Le concept de cœur artificiel est il est vrai bien plus parlant pour tout un chacun que n'importe quelle molécule de laboratoire. Carmat a aussi le mérite de respecter scrupuleusement sa feuille de route. Le marché visé est très important, et ils bénéficient du soutien d'un actionnariat solide. C'est un dossier qui comporte donc des atouts. Il n'en demeure pas moins que les résultats des tests sur les patients seront un quitte ou double pour les investisseurs.

Tradingsat.com : Plus généralement, comment jugez vous le bon comportement récent du secteur des sociétés de technologie médicale ?

Guillaume Charbonnier : A mon avis, c'est un effet de mode. Sans Carmat, il est probable que Stentys n'aurait pas décollé, et que Medicrea ne se serait pas réveillée. Les acteurs des medtech stricto sensu sont relativement peu nombreux à Paris ; les Etats-Unis sont habituellement leur marché de prédilection. Cela étant, le secteur a déjà fourni un belle histoire boursière dans le passé à Paris avec le rachat de Floréane Medical par l'américain Tyco International. L'opération s'était réalisée sur la base de 4,5 fois le chiffre d'affaires de la cible.

Tradingsat.com : Comment jugez vous l'évolution du secteur des biotechnologies depuis le début de l'année 2011 ?

Guillaume Charbonnier : De nombreux dossiers ont déçu. Le problème vient parfois de la communication, comme pour Transgene. L'augmentation de capital d'il y a un an avait pris le marché à contre-pied et le programme clinique du TG 4010 dans le cancer du poumon non à petites cellules s'allonge régulièrement… En Europe, la biotech belgo-néerlandaise Galapagos a déçu lors de la publication des résultats de « proof of concept » de l'une de ses molécules en développement ; la société danoise Bavarian Nordic a effrayé le marché en annonçant vouloir financer elle même la phase III de son vaccin contre le cancer de la prostate. Toujours dans le domaine des vaccins, la société autrichienne Intercell, a du stopper deux programmes importants faute de résultats cliniques satisfaisants. Ces déceptions expliquent en grande partie la baisse du fonds depuis le début de l'année.

Tradingsat.com : Des satisfactions ?

Guillaume Charbonnier : Quelques unes heureusement. Ce sont souvent les sociétés biopharmaceutiques qui ont déjà mis des médicaments sur le marché qui s'en sortent le mieux. C'est ainsi le cas d'UCB en Belgique. Nous croyons aussi au potentiel d'Epigenomics, un acteur allemand du diagnostic qui développe un test prometteur pour le cancer colorectal. Les sociétés développant des tests de diagnostic sont des cibles potentielles. Ipsogen vient d'ailleurs de recevoir une offre de Qiagen avec une prime de 72%. Integragen, qui développe un test de diagnostic de l'autisme, pourrait être également rachetée. Le pari de la biotech belge Ablynx dans les nanoanticorps contre la polyarthrite rhumatoïde me semble toujours mériter d'être tenté. A côté de cela, la société espagnole Grifols, leader européen des thérapies plasmatiques, reste une valeur sûre.

Tradingsat.com : A la Bourse de Paris précisément, quelles autres valeurs retiennent votre attention ?

Guillaume Charbonnier : Le fonds Gestys Santé Biotech détient des positions en bioMérieux, qui est désormais piloté par Jean-Luc Bélingard, transfuge d'Ipsen, un dirigeant très expérimenté qui a fait ses preuves. Nous gardons des positions significatives dans Transgene, dont le pipeline de produits reste l'un des plus prometteurs. Le portefeuille est également positionné sur le secteur des maisons de retraite via Orpea, qui dispose d'un réservoir de plus de 9000 lits lui assurant une très forte visibilité.

Tradingsat.com : Vivalis est l'une des plus fortes positions du fonds.

Guillaume Charbonnier : Le titre représente en effet plus de 7% de l'encours de Gestys Santé Biotech. Je rencontre régulièrement le management. Leurs lignées cellulaires propriétaires EB66 pour la fabrication de vaccins viraux peuvent véritablement monter en puissance d'ici quelques années. Les perspectives du groupe sont également soutenues par la technologie Humalex pour la découverte de nouveaux anticorps mononoclonaux, qui a déjà fait l'objet de la signature d'un accord avec Sanofi Pasteur.

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...