Bourse > Actualités > Interviews > Louis Bert : "Du risque systémique à la reprise cyclique"

Louis Bert : "Du risque systémique à la reprise cyclique"

Louis Bert, Dorval FinanceLouis Bert, Dorval Finance

(Tradingsat.com) - Il est souvent conseillé en bourse d’oser acheter quand tout le monde souhaite vendre, et de vendre quand tout le monde veut acheter. Ainsi, malgré les craintes sur l’économie mondiale et la crise des dettes souveraines, le CAC 40 a grimpé de 15% en 2012. Louis Bert, le Président de Dorval Finance, nous explique pourquoi 2013 se présente également sous des auspices favorables.

Tradingsat.com : Quels sont les arguments en faveur de l’investissement en bourse aujourd’hui ?

Louis Bert : Les marchés financiers sont passés du risque systémique à un contexte de reprise cyclique. Le risque de faillite du système bancaire et financier international (avec la chute de Lehman Brothers) a été surmonté, de même que le risque de disparition de la zone euro grâce à la BCE, qui a promis qu’elle agirait bien en tant que prêteur en dernier ressort en cas de difficulté d’un Etat. Il n’y a plus de risque d’implosion imminente de la zone euro ou de la monnaie unique. C’est important parce que cela rend l’Europe fréquentable pour un certain nombre d’investisseurs internationaux. Les risques n’ont pas disparu, mais leur nature a changé.

Tradingsat.com : La situation macroéconomique peut-elle vraiment inciter à l’optimisme ?

Louis Bert : Il y a quelques bonnes nouvelles. A commencer par la croissance américaine, qui se rétablit peu à peu, et qui devrait probablement se situer autour de 2 à 2,5% en 2013, en tenant compte de l’impact de la « falaise budgétaire », estimé autour de 0,5%. La politique monétaire extrêmement agressive menée depuis quelques années par la Fed se traduit pas une stabilisation du marché immobilier américain, alors que même que Wall Street est au plus haut ! La déflation a donc été évitée aux Etats-Unis. Dans les grands pays émergents, les signaux de reprise se confirment, notamment en Chine. Bien évidemment, la croissance sera nulle dans une Europe en phase d’ajustement des déficits budgétaires. Mais d’une certaine manière, le retour de la croissance dans le monde lui donne le temps de se restructurer et de faire des réformes.

Tradingsat.com : D’où pourraient venir les déceptions ?

Louis Bert : 2013 sera une année extrêmement politique avec un agenda chargé. Le débat budgétaire américain entre démocrates et républicain va occuper une bonne partie du premier semestre et pourrait générer encore un peu de tension sur les marchés. En Europe, il y a les élections en Italie au mois de février, puis les élections allemandes en septembre. L’impact est non nul car le calendrier électoral peut conduire les gouvernements, notamment en Allemagne, à différer des décisions ou leur mise en œuvre pour la construction européenne.

Tradingsat.com : Dans ces conditions, quels devraient être les moteurs des marchés actions cette année ?

Louis Bert : La poursuite de la réduction de la prime de risque, notamment sur les marchés européens devrait continuer à soutenir les marchés. Il n’est pas possible à ce stade de parler d’une hausse de conviction. Mais, avec une courbe des taux pilotée par les banquiers centraux, dans un contexte de taux réels négatifs et qui devraient le rester pendant encore 2 à 3 ans, les actifs risqués, donc par définition les actions, se retrouvent mécaniquement favorisés.

Tradingsat.com : Quels secteurs privilégiez-vous au sein des actions ?

Louis Bert : Nous ciblons tout d’abord les thématiques des services informatiques et de la technologie. Les entreprises cherchent en permanence à maximiser leur efficience ; elles ont tout intérêt à ne pas diminuer leurs dépenses informatiques pour réaliser de nouveaux gains de productivité dans une conjoncture difficile. D’où notre opinion positive sur des sociétés comme Altran Technologies ou Alten. Nous misons aussi sur les ruptures technologiques, comme l’avènement du cloud computing, dont bénéfice un groupe comme Atos. Dans le domaine des paiements, on ne peut faire l’impasse sur Ingenico, et bien sûr Gemalto. Pour la conception en 3D, Dassault Système reste incontournable. Les valeurs financières constituent notre seconde thématique clé. Elles profitent de la baisse de la prime de risque et de la détente des taux d’intérêt portugais ou espagnols alors même que la BCE n’est pas encore intervenue ! Le Portugal a réussi hier son retour sur le marché obligataire avec une adjudication d'obligations à 5 ans d'un montant de 2,5 milliards d’euros, signe d'une accalmie durable de la crise de la dette souveraine en Europe. Nous sommes positionnés sur BNP Paribas et Société Générale dans nos fonds Dorval Manageurs et Dorval Conviction.

Tradingsat.com : Quelles ont été les performances de Dorval Manageurs et Dorval Conviction en 2012 ?

Louis Bert : Dorval Manageurs, notre fonds le plus offensif, affiche une hausse de 19,3% à comparer à la hausse de 15,2% du CAC 40. Dorval Conviction, qui est un fonds totalement flexible dont l'exposition aux actions peu varier de 0 à 100%, a progressé de près de 11%, contre +7,4% pour son indice de référence (50% l’Eurostoxx et 50% l’Eonia). Le fonds, qui fête ses 5 ans, affiche une performance de +9% depuis son origine, dans un marché qui a fait -40%...

Propos recueillis par François Berthon

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...