Bourse > Actualités > Informations sociétés > Volkswagen : Rechute de 8%, encore une mise en cause

Volkswagen : Rechute de 8%, encore une mise en cause

tradingsat

(CercleFinance.com) - En tête des plus fortes baisses de l'indice DAX 30, l'action de préférence Volkswagen perdait près de 8,5% ce matin à Francfort, à 101,5 euros. Le constructeur automobile allemand vient d'identifier un nouveau problème portant sur les émissions de CO2 de 800.000 véhicules, d'où un risque supplémentaire évalué aux environs de deux milliards d'euros. Ce qui semble indiquer que le groupe peine encore à maîtriser, en son sein, l'ampleur des risques induits par les “logiciels truqueurs” qui faussent les résultats des tests d'émission.

En effet, le directoire de Volkswagen a indiqué hier soir “qu'après avoir constaté des irrégularités dans la conception des moteurs Diesel', il va lancer une 'enquête exhaustive' afin de détecter d'éventuelles 'irrégularités' liées aux homologations des véhicules du groupe. Autant dire que les premières mesures et les 11 millions de véhicules (dotés du moteur EA 189) ne sont plus officiellement les seuls à poser problème.

En effet, ajoute l'instance dirigeante du groupe, une enquête interne a révélé 'des incohérences inexpliquées' dans les émissions de CO2 lors des procédures d'approbation des véhicules. Selon les données actuellement disponibles, 'environ 800.000 véhicules sont concernés'. 'Une évaluation fiable de l'ampleur de ces irrégularités n'est pas encore possible', mais le groupe estime dès à présent le risque associé à 'environ deux milliards d'euros'.

Le directoire de Volkswagen va entamer 'immédiatement' un dialogue avec les autorités concernées afin de déterminer les conséquences judiciaires et économiques 'ce ce problème qui n'est reste partiellement inexpliqué'.

Le conseil de surveillance, de son côté, s'est déclaré 'profondément préoccupé' par ces derniers développements, tout en rappelant que cette nouvelle 'découverte' est intervenue durant le processus de 'clarification' engagé par la nouvelle direction.

Notons qu'il s'agit là d'une affaire différente de celle de la veille, qui portait sur la mise en cause par l'Environmental Protection Agency (EPA) de motorisations Diesel de trois litres de cylindrée, soit des modèles plus massifs (Porsche Cayenne, Volkswagen Touran, Audi Quattro, ...). Rappelons que l'EPA avait visé, dans un premier temps, des véhicules motorisés avec deux litres de cylindrée.

Comme le rappellent ce matin les analystes d'Aurel BGC, “ces 800.000 véhicules sont (essentiellement) des modèles diesel de petite motorisation, une histoire encore différente des nouvelles accusations de l'EPA (focalisée sur les moteurs 3 litres)”.

Les analystes de Credit Suisse indiquent ce matin que 'les irrégularités liées au CO2 risquent de coûter plus cher que celles provenant des émissions de NOx'. Credit Suisse note d'ailleurs qu'avec la provision de 6,5 milliards d'euros passée sur les comptes du 3e trimestre pour 11 millions de véhicules, le groupe a provisionné 600 euros environ par véhicule.

Avec les deux milliards annoncés pour 800.000 voitures, on arrive à 2.500 euros par véhicule. Bref, pour les analystes, 'l'incertitude actuelle n'est pas incluse dans les cours'.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...