Bourse > Actualités > Informations sociétés > Marché : Pékin a encore des cartes en main dans sa dispute contre l'UE

Marché : Pékin a encore des cartes en main dans sa dispute contre l'UE

Pékin a encore des Pékin a encore des

PEKIN/CHENGDU (Reuters) - La Chine a encore "de nombreuses cartes en main" si sa querelle commerciale avec l'Union européenne n'est pas résolue de manière bilatérale, prévient jeudi le Quotidien du peuple, au lendemain de l'annonce par Pékin de l'ouverture d'une enquête sur les importations de vin européen.

Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi l'ouverture de cette enquête, qui constitue une réplique à la décision de la Commission européenne d'imposer à partir de jeudi une hausse des droits de douanes aux panneaux solaires importés de Chine.

"Nous sommes prêts à négocier, (mais) nous avons toujours de nombreuses cartes en main", affirme le Quotidien du peuple, l'organe officiel du Parti communiste chinois (PCC). "La Chine ne veut pas de guerre commerciale, mais le protectionnisme entraîne forcément une contre-attaque."

Le journal reproche en outre aux Européens de conserver une "attitude hautaine" sans se rendre compte de l'affaiblissement de leur influence au niveau mondial.

Le dossier des panneaux solaires chinois est le plus important conflit commercial jamais engagé par Bruxelles et constitue un test de la capacité des pays de l'UE à se rassembler sur des sujets touchant au commerce international, malgré les menaces de représailles des pays visés.

"ACCÉLÉRER LES RÉFORMES"

Faisant écho à l'éditorial du Quotidien du peuple, le vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli a réaffirmé jeudi que son pays était résolu à accélérer les réformes économiques, à transformer plus rapidement les fondements de son économie pour l'asseoir davantage sur la consommation des ménages, et à augmenter les exportations.

La deuxième économie de la planète envisage d'importer l'équivalent de 10.000 milliards de dollars (7.600 milliards d'euros) de biens au cours des cinq prochaines années et d'investir 500 milliards de dollars (381 milliards d'euros) à l'étranger, a précisé le responsable chinois lors d'un forum Fortune 500 organisé à Chengdu.

"Nous allons accélérer le changement du modèle de développement et améliorer et optimiser vigoureusement la structure de l'économie", a déclaré Zhang Gaoli.

Il a par ailleurs reconnu que l'impact de la crise financière mondiale ne pouvait être atténué à court terme et que la Chine serait confrontée au test du "piège des revenus moyens", quand la croissance des économies en développement stagne du fait d'une perte de compétitivité des coûts et de leur incapacité à innover.

"Il ne faut pas mettre un accent excessif sur le rythme de la croissance", a ajouté le vice-Premier ministre, soulignant la nécessité d'un développement constant pour relâcher les "tensions" sur l'économie accumulées au cours des longues années de croissance rapide.

"Nous sommes vigoureusement opposés au protectionnisme sous toutes ses formes et nous défendons la libéralisation du commerce et de l'investissement", a-t-il par ailleurs tenu à affirmer alors que les présidents américain et chinois doivent se rencontrer dans un cadre informel jeudi et vendredi en Floride.

Ben Blanchard et Melanie Lee, Julien Dury et Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...