Bourse > Actualités > Avis des brokers > Crédit suisse y croit toujours malgré l'argentine

Crédit suisse y croit toujours malgré l'argentine

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le bureau d'études Crédit Suisse ne se montre pas impressionné par la chute de Repsol YPF en Bourse de Madrid ce matin, où l'action de la compagnie pétrolière espagnole perd 5% à 16,6 euros. Le groupe est en effet confronté à une “nationalisation” partielle de sa branche argentine YPF. Le conseil des analystes sur la valeur est cependant maintenu à 'surperformance', de même que l'objectif de cours de 25 euros. Principal argument : YPF n'est déjà plus valorisé par l'action Repsol, dont la stratégie de croissance reste pertinente sans cette filiale.

Dans le détail, Repsol YPF possède 57,43% du capital de l'ex-compagnie publique argentine YPF depuis sa privatisation, dans les années 90. Cette filiale représentait en 2011 quelque 21% du bénéfice net du groupe et plus du tiers de ses investissements, sa valorisation comptable étant de 4,1 milliards d'euros à fin 2011.

Or l'Argentine fait voter une loi visant à reprendre 51% du capital de la société via une procédure nationalisation. En outre, par décret, un ministre a déjà été nommé “contrôleur” de la société et dispose pour 30 jours des pleins pouvoirs sur le conseil d'administration.

Dénonçant un “nationalisme des ressources”, Crédit Suisse estime que le processus débouchera, selon la loi locale, sur une indemnisation à la valeur réelle de la société (soit hors hypothèses de croissance future). Le tout suivant un calendrier incertain et probablement long, Repsol ayant l'intention de faire valoir ses droits partout où elle le pourra.

Cependant pour les analystes et d'un point de vue fondamental, “le titre Repsol valorise déjà la participation d'YPF à zéro”. 'Notre valeur d'actif net hors YPF (...) se situe vers 21,5 euros par titre, soit 17,5 euros en se montrant conservateur et en appliquant une décote de 20%', calculent les analystes

Ils estiment qu'YPF aurait contribué à hauteur de 25% du résultat d'exploitation et 17% du résultat net de Repsol sur l'exercice 2012. En 2011, selon la société, ces proportions étaient de 25,6% et de 21%.

De plus, la valorisation actuelle du titre leur semble intégrer une baisse de l'ordre de 25% du dividende, 'ce qui semble déraisonnable'. Pour mémoire, au titre de l'exercice 2011, Repsol YPF a déjà détaché début janvier un acompte sur dividende de 0,5775 euro, et proposera en AG de payer un solde de 0,525 euro le 7 juillet. Soit un coupon global de 1,1025 euro.

'En outre, la rentabilité devrait s'améliorer grâce au retour de (la production tirée de) la Libye, aux nouveaux projets de l'amont et aux investissements qui devraient reculer de 500 millions d'euros environ cette année sans YPF', argumentent les spécialistes. Parallèlement, le groupe a annoncé que la perte de contrôle d'YPF emporterait une reprise d'endettement qui fera baisser sa dette nette de 1,6 milliard d'euros.

Crédit Suisse souligne aussi la qualité de la stratégie du groupe, hors YPF, avec des actifs d'exploration d'une qualité 'admirable' et croissance de la production 'supérieure'.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...